Thématiques

Pollution : comment combattre les particules fines ?

Une étude publiée lundi 20 juin révèle, ou plutôt rappelle, que la pollution de l’air est responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts prématurées chaque année en France. Révoltant, quand on sait qu’il existe pourtant des solutions pour assainir rapidement l’air que nous respirons.

La pollution de l’air n’est pas inéluctable, mais il faut prendre des mesures drastiques pour l’éradiquer
Diesel : les filtres à particules ne fonctionnent pas à froid
Le principal responsable de la pollution de l’air en ville, c’est le diesel. Le dire est bien évidemment impopulaire, quand on sait que 80 % du carburant consommé en France se trouve être du diesel, mais c’est pourtant une réalité.

Vous pensez que les filtres à particules, présents sur les véhicules diesel récents, suffisent à résoudre le problème ? Malheureusement non : à froid, les filtres ne sont pas fonctionnels, il faut attendre plusieurs minutes avant que ceux-ci ne puissent capturer et éliminer celles-ci efficacement.

De plus, ces dispositifs, complexes et coûteux, se dérèglent dans le temps, et peuvent être détériorés accidentellement, sans empêcher pour autant le véhicule de rouler. Bien des automobilistes circulent avec un incident « dysfonctionnement filtre à particules, rendez-vous à l’atelier » affiché sur l’ordinateur de bord…

Résultat, la mesure d’interdiction progressive des motorisations diesel en ville, prise par Anne Hidalgo, maire de Paris, et plusieurs autres maires de grandes villes de France, est la seule réellement efficace pour réduire le nombre de particules fines dans l’air.

L’agriculture aussi diffuse des particules fines dans l’air
En revanche, on le sait moins, mais l’agriculture aussi diffuse des particules fines dans l’atmosphère. Ce sont les engrais chimiques qui posent problème : lors de leur épandage, ils se dispersent en poussière, emportée par les vents, parfois sur plusieurs dizaines de kilomètres. À la ville ou à la campagne, on respire sans le savoir des poussières d’engrais, quand ceux-ci sont utilisés par les agriculteurs.

Pourtant, il est possible de répandre de l’engrais sur les cultures sans faire de poussière, mais il faut pour cela des équipements coûteux. La solution passerait par une mutualisation accrue des moyens au niveau des coopératives. Mieux encore, l’agriculture biologique, qui n’utilise par définition pas d’engrais chimique, est encore plus vertueuse en la matière, bien évidemment…

Dernière solution, radicale : porter un masque filtrant lors de ses déplacements, comme en Chine ou au Japon. Mais cela ne résout en rien le problème de la pollution de l’air intérieur, qui est en tout point équivalente, voire parfois, supérieure, à celle de l’air extérieur, faute d’aération suffisante…

news.radins.com Par Jean-Baptiste GIRAUD

Articles relatifs

Emballages alimentaires Les huiles minérales toxiques pointées par l’Anses

Médicaments inutiles

Devis concernant des travaux de construction.