Consommation-Alimentation Droits de la Consommation L'association Locale

Erreur de prix en magasin : quels sont vos recours ?

Il vous arrive de constater une différence entre le prix affiché en magasin et celui figurant sur votre ticket de caisse ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas un cas isolé ! Comment réagir ?
Une pratique loin d’être inhabituelle.

Pour expliquer ces dysfonctionnements, les magasins pointent du doigt le manque de personnel, des difficultés informatiques, des pannes électroniques au niveau de l’étiquetage ou encore les centrales de la grande distribution, qui leur imposent de changer continuellement les prix. Il n’empêche que tout ceci porte préjudice au consommateur. Dorénavant, faites une vérification minutieuse : on n’est jamais trop prudents !

Conseil : vérifiez votre ticket à la sortie du magasin

Le premier réflexe à avoir est bien entendu de faire une réclamation auprès de la caisse centrale du magasin, en vue d’obtenir le remboursement de la différence.

C’est le meilleur moyen de prouver votre bonne foi si d’aventure, vous éprouviez des difficultés à vous faire rembourser. Il y a en effet peu de chances que le prix affiché sur l’étiquette bouge entre-temps. Il suffira alors qu’un employé aille le constater.

Certes, en cas de différence de prix au moment du passage à la caisse, il est d’usage que le consommateur règle le montant le plus faible, mais attention,  sauf en cas d’erreur manifeste (par exemple si un article de 50 000 francs qui passe à 1000 francs en caisse!

Généralement, par souci d’image de marque, les magasins ne s’y opposent pas.

La loi dit,

– tout d’abord que tout professionnel vendeur comme prestataire de service est tenu d’informer les consommateurs sur les prix « par voie de marquage, d’étiquetage, d’affichage ou par tout autre procédé approprié ». Ainsi le prix d’un produit à la vente au détail dans un magasin doit faire l’objet d’un marquage ou étiquetage. Ainsi, le défaut d’affichage est sanctionné d’une amende administrative.

– qu’en cas de doute, les clauses des contrats proposés par les professionnels, dans ce cas, précis, le prix, s’interprètent dans le sens le plus favorable au consommateur.

Vous contestez en caisse mais le responsable appelé ou présent ne veut rien entendre, vous souhaitez savoir si vous pouvez exiger d’être remboursé(e) sur la base du prix le plus bas, alertez la DAE. Mais n’oubliez pas de récupérer des preuves (photos, témoignages..).  L’administration en question pourra dépêcher alors un agent chargé d’effectuer le contrôle sur place.

Ce qu’il peut aussi être fait, c’est, après avoir demandé l’application du prix affiché, écrire un courrier en recommandé avec accusé de réception au directeur du magasin. Vous pouvez aussi menacer de porter plainte pour pratique commerciale trompeuse. Article 65-1 et 65-2 de la Délibération n° 14 du 6 octobre 2004
portant réglementation économique.

Ne pas hésiter aussi à informer la Direction des affaires Économiques (DAE).

Si vraiment le litige ne se résout pas nos conseillers juridiques pourraient vous aiguiller dans vos démarches. UFC Nouvelle Calédonie

UFC NC.

lire aussi:pratiques commerciales trompeuses

 

 

Articles relatifs

Obsolescence programmée, le débat:

UFC QC Nouvelle Calédonie

Le bicarbonate de soude, une méthode efficace pour débarrasser les fruits et légumes des pesticides

UFC QC Nouvelle Calédonie

Étiquetage : l’État s’attaque aux fabricants qui n’utilisent pas le français.

UFC QC Nouvelle Calédonie

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +