Divers Santé-Bien être

Les sodas sans sucre ne sont pas meilleurs que les sodas sucrés.

Sans sucre, light ou zéro : les sodas présumés meilleurs pour la santé sont désormais légion. Mais sont-ils réellement moins dangereux pour l’organisme que leurs homologues sucrés ? Pas sûr !
Selon les chercheurs, les boissons sucrées artificiellement ne devraient pas être promues dans le cadre d’une alimentation saine.
Le leurre du sucre artificiel
En buvant une boisson sans sucre, vous espériez vous faire plaisir tout en ne prenant pas de poids. Erreur !
D’après un article scientifique publié dans Plos Medicine, « loin d’aider à résoudre la crise mondiale de l’obésité, les boissons sucrées artificiellement peuvent contribuer au problème et ne devraient pas être promues dans le cadre d’une alimentation saine ».

Dans plusieurs pays, certains sucres artificiels font d’ailleurs l’objet de restrictions ou sont interdits, car leur innocuité sur la santé n’a pas encore été prouvée.

Une étude publiée dans « Plos Medicine » soulève une fois de plus la question des édulcorants, dont les bienfaits sont de plus en plus contestés.

Obésité et diabète toujours au menu
Les boissons contenant des édulcorants artificiels ne permettraient pas, selon les chercheurs issus de l’Imperial College of London et d’universités brésiliennes, de lutter contre les graisses superflues, ni contre l’obésité ou le diabète.

Et pour cause, comme l’explique un article du Point (voir ci-dessous) : en buvant un soda light par exemple, le consommateur se déculpabilise. Du coup, il s’autorise à manger davantage. Ce n’est pas tout : les boissons à base d’aspartame, de saccharine et autre sucralose contribuent à ouvrir l’appétit et accentuent l’envie de sucre !

cf: news.radins.com:Par Laure de Charette

Les sodas sans sucre, pires que les sodas sucrés ? Par Gwendoline Los Santos Le Point.fr
En cette période de bonnes résolutions, ceux qui ont décidé de commencer l’année en perdant quelques kilos superflus après les fêtes seront ravis d’apprendre que remplacer leur petit soda bourré de sucre de la pause déjeuner par son homologue sans sucre, light ou zéro, soit bourré d’édulcorants, ne leur sera d’aucune utilité ! La perte de poids grâce aux boissons sans sucre ne serait que pure publicité : « Loin d’aider à résoudre la crise mondiale de l’obésité, les boissons sucrées artificiellement peuvent contribuer au problème et ne devraient pas être promues dans le cadre d’une alimentation saine », c’est ce que rapportent les auteurs d’un article scientifique publié mardi dans Plos Medicine.

Des chercheurs de l’Imperial College of London et des universités brésiliennes de São Paulo et de Pelotas ont passé en revue des études sur les boissons contenant des édulcorants artificiels et révèlent qu’il n’y a aucune base solide permettant d’alléguer que les sodas sans sucre peuvent aider dans la lutte contre les graisses superflues, l’obésité, ni même contre les maladies qui y sont liées, comme le diabète de type 2. Une étude de plus car nombreuses sont les équipes à avoir déjà pointé du doigt les effets néfastes potentiels des sodas light sur la santé, études qui font régulièrement débat.

La consommation de faux sucre a plus que doublé en huit ans

Les édulcorants n’apporteraient aucun bénéfice du côté du nombre de calories ingérées par le consommateur. Non seulement ils auraient tendance à déculpabiliser l’individu, qui du coup s’autorise à manger davantage, mais le mettraient aussi en appétit et… accentueraient ses envies de sucre ! Chez les seniors, les buveurs de sodas allégés auraient tendance à avoir plus de graisses abdominales que les autres, comme le suggère une étude parue dans le Journal of the American Geriatrics Society et, pire encore, les boissons édulcorées augmenteraient le risque de développer un diabète de type 2, comme le suggère une autre étude de l’institut Karolinska (Suède) portant sur plus de 2 500 individus âgés de 68 ans en moyenne publiée dans l’European Journal of Endocrinology. Ce même diabète que les édulcorants sont pourtant bien évidemment, dans l’esprit général, censés combattre !

Malgré les études s’empilant pour alerter sur les méfaits potentiels de ces boissons à base d’aspartame, saccharine et autre sucralose, elles ont toujours le vent en poupe et représentent environ un quart du marché mondial des boissons sucrées. Leur consommation a d’ailleurs plus que doublé entre 1999-2000 et 2007-2008 aux États-Unis, indiquent les auteurs de l’étude.

Buvez… de l’eau !
On pouvait s’y attendre, ce nouveau papier à charge dans Plos Medicine contre les édulcorants n’est pas du goût des industriels, comme le rapporte le Guardian . Selon le directeur général de la British Soft Drinks Association, Gavin Partington, « contrairement aux allégations formulées dans cet article, la recherche scientifique montre que les édulcorants à faible teneur en calories, comme ceux trouvés dans les boissons diététiques, aident les consommateurs à gérer leur poids dans le cadre d’un régime alimentaire basé sur le contrôle des calories ». Il déplore donc une « diabolisation sans preuves ». À ceci près que les auteurs de l’étude pointent de possibles conflits d’intérêts entre la recherche et le lobby des édulcorants. Ils ont en effet constaté que les études parrainées par l’industrie des boissons sucrées artificiellement (ASB) étaient « plus susceptibles de rapporter des résultats et des conclusions favorables concernant les effets de l’ASB sur le contrôle du poids ».

L’un des auteurs, Carlos Monteiro, de l’Université de São Paulo, déplore quant à lui que « les taxes et la réglementation sur les boissons sucrées, non appliquées aux boissons sans sucre, favorisent la consommation de ces boissons diététiques plutôt que l’eau plate – la meilleure source d’hydratation souhaitable pour tous ».

Il vous en faut plus pour bannir ces sodas de vos réfrigérateurs ? Les chercheurs rappellent que leur impact sur l’environnement est bien loin d’être négligeable. Comptez 300 litres d’eau pour produire un demi-litre de soda sans sucre. Vous reprendrez bien un petit verre de cola light ?

 

 

 

Articles relatifs

L’IP tracking : le mensonge des voyagistes !

Comparatif Substances toxiques dans les cosmétiques

Problèmes auditifs : les enfants, les premiers concernés

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +