Droits de la Consommation Thématiques

Quel Type d’Ampoule choisir?

Trois types de lampes ont remplacé les ampoules à incandescence  Entre l’halogène, la LED ou la LFC, il faut choisir en fonction de l’éclairage que l’on souhaite et de la performance énergétique.

 Sur le marché de l’éclairage, depuis que les ampoules à incandescence ont été retirées du marché parce que trop énergivores, il existe trois types de lampes disponibles à l’achat, chacune ayant leurs propres spécificités : les fluoro-compactes, dénommées également lampes basses consommations (LFC ou LBC), les diodes électro-luminescentes (ou LED) et les lampes halogènes.

Le choix doit se faire en fonction de l’usage qu’on leur destine. L’efficacité lumineuse et la durée de vie de la lampe sont donc des paramètres essentiels à prendre en compte à l’achat.

Ces lampes peuvent produire une lumière qui oscille entre « blanc chaud » et « lumière du jour » en passant par « blanc froid ». Cette caractéristique est indiquée sur l’emballage sous l’indication « température de couleur » exprimée en Kelvin (K). Plus la lumière est basse, plus elle tend vers les couleurs chaudes. Plus elle est élevée et dynamique, elle tend vers le bleu. Les lampes halogènes ont une température de couleur « blanc chaud », idéale pour un salon ou une chambre. Les LFC peuvent produire une lumière « blanc chaud » jusqu’à « lumière du jour », et les LED vont du « blanc chaud » au « blanc dynamique ».

La quantité de lumière émise, exprimée en lumens par watt, permet de comparer l’efficacité lumineuse des différentes lampes. Plus le chiffre est élevé, plus la lampe émet de lumière pour la même consommation électrique. L’halogène génère la moins importante lumière (15 à 27 lumens/watt), contre 50 à 70 lumens/W pour la LFC et entre 40 et 80 lumens/W pour la LED.

Question durée de vie, les halogènes produisent de la lumière pendant 3 000 heures et sont les plus énergivores (classées en C ou D), mais aussi les plus résistantes. Les LED (classées A+) sont les plus économes et les plus durables avec une capacité de 40 000 heures. Entre les deux, les LFC, très économes (classées A), ont une durée maximale de 7 000 heures.

Attention, les prix des LED sont encore élevés et il existe de « mauvaises » lampes à LED. L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire) met en garde contre la lumière bleue émise par des éclairages à LED de couleur blanche car elle est dangereuse pour les yeux.

Même si elles ont un temps de chauffage à l’allumage, les LFC ont fait d’énormes progrès. Pour les lampes de bureau ou de chevet équipées d’une LFC, il faut se tenir à une distance de 30 cm par précaution, à cause des champs électromagnétiques

Les LFC qui contiennent du mercure, néfaste pour l’environnement et les LED faites de matériaux rares, doivent après usage, être déposées dans des bacs collecteurs spécifiques pour être recyclés.

Face à une éventuelle nocivité des lampes fluocompactes, due à leur teneur en mercure et l’émission d’ondes électromagnétiques, la CSC (Commission de la sécurité des consommateurs) vient de remettre un avis sur la sécurité. Il est recommandé aux consommateurs de privilégier l’achat de lampes fluocompactes affichant des quantités de mercure les plus faibles. En cas de bris de l’ampoule, il faut quitter et aérer la pièce un long moment avant de ramasser les débris, avec des gants et du papier ménager absorbant. Le recours à l’aspirateur est à bannir. Cassées ou simplement usagées, les lampes fluocompactes doivent être jetées dans des points de collecte spécialement dédiés.

ufcquechoisir.org; planete.fr

Articles relatifs

Communiqué presse pesticides 2010

UFC QC Nouvelle Calédonie

Coronavirus: Les questions à se poser avant d’aller faire ses courses

Gaspillage : le succès des « produits moches »