Consommation-Alimentation Nouvelle Calédonie Santé-Bien être Thématiques

Eau en bouteille : l’UFC Que Choisir dénonce la présence de microplastiques

Neuf marques d’eau en bouteille sur vingt contiendraient des microplastiques. Des plastiques invisibles à l’œil nu, que l’on ingère pourtant.

UFC-Que Choisir a passé au crible vingt marques d’eau en bouteille plastique : neuf d’entre elles contiennent des microplastiques.

En effet, Une étude américaine avait fait le buzz il y a quelques mois. D’après ses analyses, les bouteilles d’eaux minérales ou de source contiendraient des microplastiques (minuscules particules de polypropylène, de nylon et de polytéréphtalate d’éthylène (PET) dans 93% des plus de 250 bouteilles d’eau analysées). La contamination serait même élevée avec une moyenne de 325 microfibres par litre d’eau. Mais une autre étude beaucoup moins médiatisée, cette fois menée par des chercheurs allemands, est parvenue à des conclusions plutôt rassurantes. Face à des résultats si disparates, Que Choisir a décidé de lancer ses propres analyses sur les eaux en bouteilles vendues en France, et à titre de comparaison, sur l’eau du robinet. Au total, 81 échantillons d’eau ont été analysés en laboratoire. VOIR les tests

Une microfibre par litre. Un taux certes faible, mais est-on obligé d’ingérer du plastique lorsque l’on veut boire de l’au ?

La réponse est non, et il vaut mieux boire l’eau du robinet qui est la plus contrôlée car soumise à plus de très nombreux critères de qualité et avec des vérifications quotidiennes.

La solution serait, outre le fait de boire l’eau du robinet (bien moins chère que l’achat de bouteilles d’eau), d’utiliser des bouteilles en verre ou bien  des bouteilles avec un plastique de meilleure qualité, ne laissant pas de résidus dans son contenant.

Cela permettrait aussi d’éviter une pollution mondiale générée par, en autres, les bouteilles en plastique qui mettent des années à se dégrader et dont « la conjonction de bactéries, d’eaux usées et de produits chimiques et plastiques » pompent l’oxygène dans l’eau et la transforme « en poison pour les êtres humains et les écosystèmes ».

 

 

Articles relatifs

Jouets en mousse  Ils ne sont plus toxiques

Billet d’avion: Achat dans les agences de voyage ou direct compagnie?

UFC QC Nouvelle Calédonie

Communiqué de presse commun avec l’Interprofession Fruits et Légumes de Nouvelle-Calédonie

UFC QC Nouvelle Calédonie