Vers le haut
28 51 20

Coût d’un appel local

20 Ans Plus Tard, les États-Unis reconnaîssent que le Pesticide le Plus Utilisé au Monde TUE les Abeilles.

divers 26 février 2016
20 Ans Plus Tard, les États-Unis reconnaîssent que le Pesticide le Plus Utilisé au Monde TUE les Abeilles.

Les abeilles meurent par millions, avec des taux de mortalité qui ne cessent d’augmenter. Peu à peu, les gouvernements du monde entier reconnaissent qu’un des pesticides les plus utilisés au monde est largement responsable de la disparition des abeilles. C’est désormais aussi le cas des États-Unis.

Il s’agit de l’imidaclopride (Confidor*), qui est malheureusement autorisé en Nouvelle Calédonie! Voici ici la liste de février 2015

Voir aussi la délibération de la cour administrative d’appel de Paris concernant l’importation et l’utilisation des pesticides en NC: homologation d’un pesticide

Depuis plus de 10 ans, l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (l’EPA) subissait une pression importante de la part des écologistes et des apiculteurs pour réévaluer l’autorisation d’utilisation des néonicotinoïdes.

En effet, un nombre important de recherches indique que cette classe d’insecticides extermine progressivement les abeilles et autres pollinisateurs. Une décision attendue depuis 20 ans Dans un rapport publié en janvier, l’EPA a essentiellement reconnu les faits.

Commercialisés par 2 géants européens de l’industrie agrochimique, Syngenta et Bayer, les néonicotinoïdes sont tout simplement les insecticides les plus utilisés au monde. C’est en 2009 que l’EPA a entrepris un long procédé de révision de ces produits toxiques. Pendant ce temps-là, chaque année, des dizaines de millions d’hectares de cultures sont traités avec les néonicotinoïdes, avec des effets dévastateurs sur la santé des ruches et des abeilles.

La réévaluation tant attendue de l’EPA s’est concentrée sur l’imidaclopride, un des néonicotinoïdes les plus utilisés, fabriqué par Bayer. Plus spécifiquement, l’EPA s’est enfin penchée sur la manière dont l’imidaclopride affecte la santé des abeilles. La conclusion de cette réévaluation est alarmante. Tellement alarmante que l’EPA n’exclut pas « de limiter ou interdire totalement » l’utilisation de ce produit toxique d’ici la fin de l’année. L’imidaclopride : un produit extrêmement toxique pour les abeilles L’équipe de l’EPA chargée d’évaluer les risques a passé en revue des dizaines d’études aussi bien réalisées par des chercheurs indépendants que par des chercheurs financés par l’industrie. Elle a conclu que l’utilisation de l’imidaclopride est nocive pour les abeilles à cause de sa concentration qui dépasse les 25 ppb (parties par milliard). Une concentration que l’on retrouve très couramment dans les cultures traitées aux néonicotinoïdes. Selon un communiqué de presse de l’EPA : « Nous avons constaté qu’il y a de moins en moins de pollinisateurs ainsi qu’une baisse de la production de miel. » Les cultures qui touchent le plus les abeilles sont les cultures du coton et des agrumes.

insecticide-abeilles-mortes-imidaclopride

voir tableau

Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessus publié par l’Institut d’études géologiques des États-Unis (la USGS), la culture du coton contient une concentration importante d’imidaclopride. Mais ce n’est pas le pire. Le soja est de loin la culture dans laquelle on utilise la plus grande quantité d’imidaclopride. Malheureusement, on ne connaît pas encore toutes les conséquences sur les abeilles car peu d’informations sont disponibles à ce sujet. En effet, l’EPA ne sait pas encore quelles sont les quantités de pesticides présentes dans le pollen et le nectar de soja. Mais on sait déjà que les doses sont très élevées et que les abeilles sont potentiellement exposées à des niveaux dangereux d’imidaclopride. Bizarre que l’EPA n’en sache toujours pas plus sur ce sujet quand on sait que l’utilisation de l’imidaclopride est approuvée par l’EPA depuis les années 90 ! Et la suite ? L’EPA doit encore recevoir et prendre en compte les commentaires du grand public sur la réévaluation qu’elle vient de publier. Par ailleurs, l’Agence doit aussi faire une évaluation des effets de l’imidaclopride sur d’autres espèces. En effet, selon les dernières études, les néonicotinoïdes peuvent aussi avoir un effet nocif sur les oiseaux, les papillons et les invertébrés aquatiques. En attendant, plusieurs apiculteurs et associations d’écologistes ont récemment porté plainte contre l’Agence pour la protection de l’environnement américaine. Ils soulignent que l’EPA n’a jamais fait d’évaluation appropriée de l’utilisation des néonicotinoïdes qui est très développée. Que pouvez-vous faire ? En découvrant ces informations, nous ne pouvons que vous conseiller de consommer le plus possible des produits bio pour protéger votre famille des pesticides utilisés dans les cultures. Car si les abeilles sont touchées, on ne voit pas pourquoi les humains ne le seraient pas aussi… Pour vous fournir en produits bio, nous vous recommandons la chaîne Biocoop qui respecte une charte très stricte sur laquelle repose l’ensemble de ses activités.

cf: comment-economiser.fr : http://www.comment-economiser.fr/etats-unis-reconnaissent-que-les-pesticides-tuent-abeilles.html

← Convocation à L’assemblée Générale 10 Mars 2016 Contribution Calédonienne de Solidarité. →

UFC Que Choisir Nouvelle Calédonie

UFC Que Choisir Nouvelle Calédonie

L'Union Fédérale des consommateurs Que Choisir donne à tout consommateur une information générale ou un renseignement simple sur vos droits. Notre UFC peut également vous accompagner dans la résolution de votre litige de consommation si, comme l’exige la loi, vous en devenez adhérent...Lire la suite