Consommation-Alimentation

Près d’un bonbon sur deux est non conforme à la réglementation

D’après les derniers contrôles effectués parla DGCCRF, 40 % des bonbons en circulation seraient non conformes à la réglementation en vigueur.

La DGCCRF a transmis 11 procès-verbaux aux responsables.
La DGCCRF a enquêté sur nos bonbons
Les bonbons, tout le monde ou presque aime ça, et tout le monde, ou presque, a conscience des produits qui entrent parfois dans la composition de ces sucreries. Les bonbons sont rarement 100 % naturels : dans la majorité des cas, ils sont composés d’additifs, de colorants, d’agents de saveur ou encore de matières grasses. Un cocktail régulièrement analysé par la DGCCRF.

Dans ses dernières mesures, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a ainsi relevé que 40 % des bonbons actuellement en circulation seraient non conformes aux règles en vigueur. Les tests de la DGCCRF ont pour but de limiter les risques d’intoxications, ou d’allergies liés à la présence de certaines substances dans les sucreries.

Onze procès-verbaux rédigés
En l’occurrence, les bonbons qualifiés de non conformes contiendraient une trop forte dose d’additifs.La DGCCRF a indiqué avoir transmis dans la foulée des résultats pas moins de 11 procès-verbaux à huit fabricants de sucreries, à un distributeur et à un marchand forain. Les foires, des endroits où l’on vend énormément de sucreries, sont particulièrement dans le collimateur de la DGCCRF.

La composition des bonbons a par le passé été source de plusieurs scandales. Certaines sucreries, volontairement très acides, au pH très élevé, avait notamment provoqué chez certains consommateurs, maux de tête, troubles de la vision ou encore douleurs abdominales. Il faut néanmoins préciser que comme pour beaucoup de choses, ce sont les excès qui conduisent parfois à de tels maux.

cf: radins.com

voir comment sont fabriqués les bonbons gélatineux: VIDEO

 

Articles relatifs

Self-défense au supermarché

Système U débarrasse ses rayons des produits chimiques

Étiquetage : l’État s’attaque aux fabricants qui n’utilisent pas le français.

UFC QC Nouvelle Calédonie

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +