Thématiques

Panga

Connaissez vous le Panga?

Connaissez vous le Panga ! Non ? Alors jetez un coup d’œil ci-après:

Bientôt sur nos tables, en Nouvelle Calédonie, à moins qu’il n’y soit déjà…

Ce qu’on trouve d’abord sur Wikipédia:


Depuis le milieu des années 2000, le filet de Pangasius hypophthalmus (sorte de poisson-chat) rencontre un vif succès sur les étals des poissonniers et dans les hypermarchés, notamment du fait de son prix compétitif, mais aussi grâce à ses filets blancs sans arêtes et au goût peu prononcé de sa chair, ce qui en fait un poisson bien adapté aux goûts de la clientèle occidentale. Avec la perche du Nil, ce poisson est parmi ceux dont le prix d’achat est le plus abordable pour le consommateur.


Les Vietnamiens ont littéralement «lancé» cette nouvelle variété de poisson sur le marché mondial dans les années 1996-1997. Supportant une densité d’élevage record, et grandissant très vite, toute une industrie est née dans les dix dernières années grâce à ce poisson. Selon Nicolas PRIVET, spécialiste de l’élevage du pangasius, son bilan écologique est bon, principalement car l’élevage du panga nécessite une faible consommation de farines de poissons pour la production de son aliment.
S’il n’est pas élevé pour être commercialisé, le panga peut vivre jusqu’à vingt ans. Dans la nature, le poisson se reproduit une à deux fois par an et produit 2000 œufs par ponte, alors qu’avec une ovulation artificielle, il peut atteindre des centaines de millions d’œufs. Le lieu d’élevage est composé de plusieurs bassins d’une taille de 500 m², et de 2,5 à 3 m de profondeur. Pour l’approvisionnement de l’étang un barrage est installé pour gérer le débit d’eau. Le panga est nourri avec des déchets de poisson, des petites crevettes, de la farine de soja, de blé, ou de haricots. Leur principale nourriture est une farine importée du Pérou, elle est élaborée à partir de cadavres de poissons mélangés à du manioc, du soja et à diverses céréales. Le panga est élevé a 90% en étang, pendant une durée de 5 à 8 mois, dans une eau à une température de 28-32 °C.
À la fin de cette étape le panga atteint un poids compris entre 900 grammes et 1,5 kg. Le poisson est ensuite transporté chez un industriel non loin de la zone de pêche pour y être découpé et congelé (transformation). Cette congélation est nécessaire, au vu de la durée du transport vers les pays occidentaux, et permet que le produit ne subisse pas d’altération. Il est ensuite emballé puis stocké, et enfin acheminé par bateau ou par avion jusqu’aux lieux de commercialisation.

Mais voilà aussi ce que nous retrouvons aussi sur plusieurs sites dont hoaxbuster.com, beaucoup plus inquiétant:


Le panga est un nouveau poisson asiatique que nous trouvons dans les supermarchés surtout sous forme de filets, à un prix relativement bas. Le panga est, au Vietnam, un poisson de culture industrielle intensive ; plus exactement, il vient du delta du Mekong, et il est en train d’envahir le marché à cause de son prix.

Voici ce qu’il y a à savoir sur le panga : le Mekong est l’un des fleuves les plus contaminés de la planète. Les pangas sont infectés, à hauts niveaux, de venins et bactéries (arsenic, résidus industriels toxiques et dangereux, sous-produits du secteur industriel en pleine croissance), métaux contaminés, phénols polychlorés (PCB) ou DDT et leurs (DDTs), chlorate ; des composants relationnés (CHLs), hexachlorociloxane, isomères (HCHs) et hexachlorobenzène (HCB). Il sont alimentés avec des poissons morts, des restes d’os et avec une farine d’Amérique du Sud, le manioc et des résidus de soja et graines. Il est évident que ce type d’alimentation peu salubre n’a plus rien à voir avec l’alimentation d’un environnement naturel.
Cela ressemble beaucoup à l’alimentation des vaches folles (vaches qui furent alimentées avec des vaches. Vous en rappelez-vous ?). L’alimentation des pangas est complètement en dehors de toute réglementation judiciaire. Le panga grandit 4 fois plus vite que dans la nature, à l’état normal. Quelques scientifiques ont découvert que si l’on injectait les femelles panga avec des hormones féminines dérivées d’urine déshydratée de femmes enceintes, la femelle panga produirait ses oeufs plus rapidement et en grande quantité, ce qui n’arriverait pas dans un environnement naturel (une femelle panga arrive ainsi à produire 500.000 oeufs en une fois). De fait, ce sont des poissons qui ont reçu des hormones injectables (produites par une entreprise pharmaceutique chinoise pour accélérer le processus de croissance et de reproduction.

En achetant du panga, nous collaborons avec des entreprises gigantesques sans aucun scrupule et spéculatrices, qui ne se préoccupent pas de la santé et du bien-être des êtres humains. Ce commerce est accepté par les grandes surfaces qui vendent au public en général, tout en sachant qu’ils vendent des produits contaminés.
NOTE: Etant donné la prodigieuse quantité de pangas disponible, ils termineront également dans d’autres aliments : surimi (ces petits batônnets faits avec de la chair de poisson), poisson en boîte et probablement dans quelques aliments pour animaux (chiens et chats).

Articles relatifs

Validité de la carte professionnelle d’agent immobilier

Coronavirus Comment se faire rembourser son voyage ou un événement (concert, marathon…)

UFC QC Nouvelle Calédonie

Encres de tatouage.