Conseils infos Nouvelle-Calédonie Consommation-Alimentation Divers Informations Nouvelle Calédonie

GEL DES PRIX!

Voici l’article de DNC qui reprend nos enquêtes du panier de la ménagère et qui montre que la sortie du gel des prix  se ferait en douceur:

Alors que le gel des prix a pris fin au 31 décembre, un accord interprofessionnel a été conclu. Les décideurs s’engagent pour 2015 à stabiliser les prix de 440 produits et à limiter l’inflation dans l’intérêt du consommateur. L’intersyndicale « Vie chère » adhère à cette démarche et le gouvernement l’accompagne.

 Le gel des prix en Nouvelle-Calédonie a pris fin le 31 décembre 2014 et, « pour éviter une inflation forte » comme l’indique Catherine Wehbé la directrice du Medef-NC, les syndicats de professionnels ont décidé de se mettre autour de la table et de signer un accord accompagné d’un accord cadre de sortie du protocole « vie chère » avec le gouvernement ainsi que les organisations syndicales de salariés (Usoenc, Cogetra, Fédération des fonctionnaires, UT CFE-CGC).Éviter l’inflation

L’accord interprofessionnel a été signé entre le Syndicat des importateurs et des distributeurs de la Nouvelle-Calédonie, le Syndicat des commerçants de Nouvelle-Calédonie et la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie, détaillant les mesures de maintien des prix sur 440 produits alimentaires et non alimentaires ainsi que celles prévoyant la substitution de certaines références. Cet accord a pris effet au 1er janvier 2015 pour une période de 12 mois.

Pour donner du sens et appuyer cette démarche, les organisations patronales en appellent à la modération des prix des autres produits. Comme le précise la directrice du Medef-NC, les organisations de décideurs demandent à leurs adhérents d’observer « la plus grande modération dans la révision de leurs grilles tarifaires » et souhaitent l’engagement des professionnels à « l’autorégulation dans leurs relations commerciales dans l’objectif de modération des prix ».

L’accord interprofessionnel prévoit également une disposition qui permet de solliciter la DAE, Direction des affaires économiques, en cas de hausse du prix d’un produit ou service jugée infondée. La mise en œuvre d’une campagne publicitaire afin de sensibiliser les consommateurs sur le nouveau dispositif est aussi inscrite au programme. « Cet accord demande un effort conséquent des grossistes, importateurs, distributeurs, détaillants, commerçants, car la majorité des produits sont à -10 % depuis des mois. Nous voulons absolument éviter l’inflation au détriment de la rentabilité », précise Catherine Wehbé. L’accord interprofessionnel signe certes une sortie en douceur du gel des prix mais cette situation inquiète les décideurs. Ils espèrent « que le travail entrepris sur la TVA sociale sera l’occasion de trouver d’autres pistes pour éviter que les prix augmentent », conclut la directrice du Medef- NC. Une TGA ou TVA sociale qui devrait être instaurée au 1er janvier 2016 mais qui pour le moment ne fait que semer le doute et dont beaucoup dans la classe politique redoutent son enterrement. Ce que se sont empressés de nier les représentants de Calédonie ensemble lors du récent vote au Congrès sur la réforme fiscale qui a instauré la contribution calédonienne de solidarité (CCS) et la contribution à l’impôt sur les sociétés (CAIS) et modifié l’IRVM, impôt sur les revenus des valeurs mobilières.

Validé par les partenaires

Pour accompagner cet accord des syndicats professionnels, un accord cadre réunissant les décideurs, le gouvernement et l’intersyndicale des salariés a également signé. Ainsi, côté gouvernement, un arrêté confirme son engagement et intègre la nouvelle liste de produits remisés à -10%. Le gouvernement qui pourtant, en cas de dérapage, ne peut plus intervenir par le renforcement ou la réintroduction d’une réglementation encadrant les prix. Comme l’a indiqué cette semaine Philippe Germain, alors membre du gouvernement en charge de l’économie, « le Congrès aurait dû renouveler la capacité du gouvernement à intervenir, mais il ne l’a pas fait. »

Pour les organisations syndicales de salariés (Usoenc, Cogetra, Fédération des fonctionnaires, UT CFE-CGC), l’adhésion à ces nouvelles dispositions était évidente même si on reste prudent. « C’est dans l’agenda économique, social et fiscal que nous avons signé et si nous constatons des dérapages sur les prix dès le début de l’année, nous remettrons en place le gel  », a indiqué sur l’antenne de nos confrères de RNC Didier Guénant-Jeanson, le représentant de l’intersyndicale « Vie chère ».

 

Incompréhension et prudence

Stabiliser les prix de 440 produits, éviter l’inflation en attentant une hypothétique TVA locale, en tout cas, ce sont les consommateurs qui en profiteront cette année même si certains avancent déjà que depuis le 1er janvier les prix ont augmenté. Mais comme en 2014, les prix du panier de la ménagère ont pourtant stagné comme l’indique les récents chiffres de l’UFC-Que choisir. L’association qui, l’année dernière, précisait que les gens avait fait un amalgame entre baisse de 10 % et plafonnement. Les prix ont continué à varier sous un plafond alors que les gens attendaient qu’ils baissent et restent bas. Il y a donc eu une incompréhension sur les fluctuations. Ensuite, ce gel était un peu compliqué parce qu’il ne portait que sur une partie des prix. Des produits étaient concernés par la baisse de 10 %, d’autres ne l’étaient pas.

Par conséquent, même si le gel des prix n’a pas forcément été bien ressenti par les consommateurs, tous les partenaires espèrent dorénavant que cet accord interprofessionnel validé par un arrêté du gouvernement soit bien une sortie en douceur du gel des prix uniquement en attendant l’entrée en vigueur de la fameuse TGA ou TVA sociale.

ref: dnc.nc

Articles relatifs

La bonne utilisation du téléphone portable.

QUIZ, POUR EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES sur les Assurances !

Additifs alimentaires : 87 molécules à éviter.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +