Divers Santé-Bien être

Traitement de la douleur Le risque cardiovasculaire du diclofénac se confirme

Le diclofénac (Voltarène et génériques) ne doit surtout pas être utilisé en automédication, sous forme orale. Même sur des périodes réduites, le recours à cet anti-inflammatoire est associé à une augmentation du risque d’incidents cardiovasculaires. Le paracétamol est à privilégier.

Piocher dans l’armoire à pharmacie pour soulager ses douleurs est un réflexe courant. Mais en ce qui concerne les anti-inflammatoires, mieux vaut se passer de certaines molécules. Disponible uniquement sur ordonnance, le diclofénac (Voltarène et génériques) s’avère très utile en cas de lombalgie, règles douloureuses ou tendinite, ou encore contre les douleurs provoquées par l’arthrose, l’arthrite et certains rhumatismes inflammatoires. Cependant, il ne doit en aucun cas être utilisé en automédication, rappelle l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

L’utilisation du diclofénac sous forme orale (comprimés, gélules) est en effet associée à un risque accru d’incident cardiovasculaire, même sur des périodes courtes. C’est la conclusion d’une large étude danoise, publiée dans la revue médicale BMJ (1). Menée sur plus de sept millions d’hommes et de femmes, elle a comparé la survenue de troubles cardiovasculaires après prescription de plusieurs anti-inflammatoires (ibuprofène, naproxène, diclofénac) ou de paracétamol, par rapport à un groupe non traité.

Dans les 30 jours suivant le début du traitement, les incidents cardiovasculaires majeurs sont plus nombreux chez les personnes ayant reçu du diclofénac. Les chercheurs ont constaté plus de cas de fibrillation auriculaire, d’AVC ischémique, d’insuffisance cardiaque mais aussi d’infarctus du myocarde. Par rapport aux autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), le diclofénac est associé à une augmentation du risque de 20 à 30 %. Comparés au paracétamol, le Voltarène et ses génériques se démarquent là aussi par un risque accru de 20 %.

RÉÉVALUATION PRÉVUE EN 2019
Au total, 15 spécialités sont concernées par cette mise en garde, ce qui représente plus de trois millions de boîtes délivrées en 2017. Selon l’ANSM (2), « le risque cardiovasculaire est bien connu ». Il a même justifié plusieurs évolutions de la notice d’utilisation à l’échelle européenne. Désormais, les AINS sont contre-indiqués chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires préexistantes.

Jusqu’ici, de faibles doses sur de courtes durées étaient jugées sûres. Cette position officielle pourrait évoluer, à l’occasion de la réévaluation du produit, prévue pour le début de l’année 2019. « Cette évaluation prendra en compte cette étude réalisée au Danemark », indique l’ANSM.

Ces résultats confirment l’intérêt des règles de prudence en place depuis plusieurs années. « En dehors de toute prescription médicale », le diclofénac ne doit pas être utilisé. Les médecins sont, eux aussi, invités à la précaution, en recommandant la plus petite dose efficace, le moins de temps possible.

En cas de douleurs, l’utilisation du paracétamol est recommandée en priorité pour l’automédication mais aussi sur prescription (3). Les AINS, eux, sont à réserver aux douleurs qui ne cèdent pas à cet antalgique. Quoi qu’il en soit, le recours à un anti-inflammatoire devrait systématiquement s’accompagner d’un conseil médical (médecin ou pharmacien).

 

(1) “Diclofenac use and cardiovascular risks: series of nationwide cohort studies”, BMJ 2018
(2) Rappel du bon usage du diclofénac après la publication d’une nouvelle étude relative au risque cardiovasculaire, ANSM
(3) Bien utiliser les médicaments contre la douleur ou antalgiques, assurance maladie

 

cf: quechoisir.org

Articles relatifs

Étiquetage nutritionnel, suite:

UFC QC Nouvelle Calédonie

Ampoules LED Des risques pour les yeux confirmés

UFC QC Nouvelle Calédonie

Philadelphie, première grande ville américaine à taxer les sodas

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +