Site de la fédération Voyages-Transports

Greenwashing, Action contre 17 compagnies aériennes

Tandis que le Salon du Bourget célèbre cette année la décarbonation dans l’aéronautique, l’UFC-Que Choisir, la CLCV et 21 autres associations (1) de 19 pays, membres du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), déposent plainte auprès de la Commission européenne contre 17 compagnies aériennes (2) dont Air France – KLM, pour greenwashing et pratiques commerciales trompeuses envers les consommateurs.

Les stratégies de greenwashing
Selon une récente enquête de la Commission européenne, 62 % des consommateurs considèrent qu’il est « assez ou très important » de prendre en considération l’impact environnemental lorsque l’on choisit une compagnie aérienne. Bien qu’il contribue significativement aux émissions de gaz à effet de serre, le secteur du transport aérien a bien noté cette prise de conscience et a fait évoluer sa stratégie marketing, afin de « verdir » son image auprès des consommateurs.

L’analyse menée par le BEUC et ses membres, publiée ce jour, met en lumière une multitude d’allégations trompeuses utilisées par les compagnies aériennes à destination des consommateurs, parmi lesquelles :

Sous-entendre que le transport aérien peut être « durable », « écoresponsable » et « vert ». Aucune des stratégies déployées par le secteur de l’aviation n’est actuellement en mesure de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Il est essentiel de mettre fin à ces allégations, car si le trafic aérien poursuit son expansion, les émissions continueront d’augmenter dans les années à venir.
Inciter à payer un supplément au moment de l’achat du billet d’avion pour « compenser » les émissions de CO2 d’un vol, quand bien même les avantages climatiques de ces compensations sont très critiqués, alors que les dommages causés par les émissions de CO2 des trajets aériens sont indiscutables ;
Inciter à payer un supplément significatif pour contribuer au développement de « carburants d’aviation durables ». Ces derniers ne sont pas prêts à être commercialisés et la législation européenne récemment adoptée fixe des objectifs très bas quant à la part qu’ils devraient représenter dans le mélange de carburants des avions. Cela signifie que jusqu’à ce qu’ils soient massivement disponibles – au plus tôt, à la fin des années 2030 – ils ne représenteront au mieux qu’une part mineure dans les réservoirs des avions.
Air France – KLM a recours à cette pratique et propose aux consommateurs de souscrire des options onéreuses, pour supposément couvrir leur propre impact carbone, sur de futurs vols à horizon inconnu. Sur un vol Paris-Copenhague, un consommateur devra débourser la coquette somme de 138 euros, en plus de son billet, pour contribuer à cette prétendue future réduction de CO2.

« Alors qu’il n’est plus à démontrer que le transport aérien contribue de manière significative et croissante aux émissions de gaz à effet de serre, il est inadmissible que les compagnies aériennes puissent se targuer d’œuvrer pour le climat » a commenté Marie-Amandine Stévenin, Présidente de l’UFC-Que Choisir.

Le président de la CLCV, Jean Yves Mano, rappelle que « les mauvaises allégations vertes envahissent désormais l’univers commercial et le secteur aérien représente un cas d’école. Ces allégations doivent cesser pour la protection des consommateurs et les pouvoirs publics doivent donc agir avec fermeté ».

Lancement d’une alerte externe européenne
Aux côtés de l’UFC-Que Choisir et la CLCV, pour la France, et des autres associations participantes qui saisissent leurs autorités nationales de protection des consommateurs (DGCCRF pour la France), le BEUC dépose une plainte auprès de la Commission européenne via le mécanisme d’alerte externe, pour pratiques commerciales trompeuses (3).

Cette action européenne entend :

Que soit lancée une enquête à l’échelle européenne sur les pratiques de ces compagnies aériennes, et du secteur dans son ensemble ;
Qu’une décision contraignante et commune soit prise par les autorités de protection de consommateurs concernées, notamment :Pour interdire l’utilisation de toute allégation visant à faire croire aux consommateurs que prendre l’avion est une pratique respectueuse de l’environnement.
Pour exiger que les compagnies remboursent les consommateurs ayant été incités par ces allégations trompeuses, à souscrire des options supplémentaires, pour limiter leur impact environnemental.

Notes
(1) Arbeiterkammer (Autriche), Test Achats/Test Aankoop (Belgique), Асоциация Активни потребители (Bulgarie), Forbrugerrådet Tænk (Danemark), ASUFIN, CECU and OCU (Espagne), Kuluttajaliitto – Konsumentförbundet ry (Finlande), UFC-Que Choisir et CLCV (France), EKPIZO (Grèce), Tudatos Vásárlók Egyesülete (Hongrie), Altroconsumo (Italie), Forbrukerrådet (Norvège), Consumentenbond (Pays-Bas), Fundacja Konsumentów and Federacja Konsumentów (Pologne), DECO (Portugal), Spoločnosti ochrany spotrebiteľov (Slovaquie), Zveza potrošnikov Slovenije (Slovénie), Sveriges Konsumenter (Suède), Fédération romande des consommateurs (Suisse). VZBV (Allemagne) a également mis en demeure plusieurs compagnies identifiées dans cette alerte.
(2) Par ordre alphabétique : Air Baltic, Air Dolomiti, Air France, Austrian, Brussels Airlines, Eurowings, Finnair, KLM, Lufthansa, Norwegian, Ryanair, SAS, SWISS, TAP, Volotea, Vueling, Wizz Air
(3) Sur la base de la directive pratiques commerciales déloyales (2005/29/EC)

 

cf : quechoisir.org

Articles relatifs

Nutri-Score. Les labels agitent le chiffon rouge

UFC QC Nouvelle Calédonie

Pesticides : cocktail chimique dans les fruits !

Smartphone  La carte SIM virtuelle arrive

UFC QC Nouvelle Calédonie