Communiqué de presse Nouvelle Calédonie

Communiqué de presse Lutte contre la vie chère : Frais de rejet de prélèvement, les banques en accusation

Alors que nos instances dirigeantes réfléchissent sur les moyens de lutter contre la vie chère en Nouvelle
Calédonie, UFC QUE CHOISIR met à nouveau l’accent sur l’énormité des frais bancaires en cas d’incident
de paiement et tout particulièrement en cas de rejet de prélèvement.

Sur l’ensemble du territoire français, la ponction du secteur bancaire sur les consommateurs au titre des frais de rejet de prélèvement représente près de 1,8 milliards d’euros, soit plus de 200 milliards de CFP. La France est, de très loin, le pays d’Europe où ces frais sont les plus élevés. Dans le cadre de la future loi « pouvoir d’achat » en préparation en métropole, la fédération UFC QUE CHOISIR presse le gouvernement de légiférer pour plafonner les frais d’incident, notamment sur les prélèvements (remboursement de crédit, paiement d’une facture de d’électricité, etc.). La Nouvelle Calédonie ne doit pas être oubliée et doit être intégrée dans les dispositions de la future loi.

Il faut savoir que les frais pratiqués par les banques françaises sont jusqu’à 10 fois plus élevés que leurs
homologues des pays de l’Union Européenne.
Selon l’IEOM les tarifs moyens 2021 de rejet de prélèvement en NC sont de 2 185 CFP (idem en métropole),
alors que la commission d’intervention n’est que de 1 050 CFP. À titre de comparaison ces frais ne sont que
de 3 € en Allemagne (360 CFP) ou 7,50 € en Belgique (900 CFP).

UFC QUE CHOISIR demande que des dispositions légales soient prises localement et au plan national pour
obliger le secteur bancaire à réduire les frais imputés à leurs clients en cas de rejet de prélèvement pour
qu’ils reflètent davantage le coût réel supporté par les banques et que les doublons (c’est-à-dire des frais
perçus plusieurs fois pour le même prélèvement, à chaque présentation par le créancier) soient
systématiquement remboursés.

UFC QUE CHOISIR souhaite que les frais de rejet de prélèvement, comme les frais d’intervention soient
plafonnés à 1 000 CFP pour tous !

UFC QUE CHOISIR rappelle à tous qu’il convient toujours de vérifier ses capacités de remboursement des
emprunts et de suivre ses comptes pour s’assurer qu’ils sont toujours suffisamment provisionnés. Il est
également possible de contacter son agence en cas de difficulté temporaire pour trouver des solutions
adaptées et éviter de payer des frais.

Contact presse : M. Philippe LASSAUCE

Articles relatifs

L’Autorité de la concurrence de la Nouvelle-Calédonie publie son premier rapport annuel relatif à l’année 2018.

Les insecticides et leurs prix en Calédonie.

UFC QC Nouvelle Calédonie

BOUCLIER QUALITE PRIX : une affaire des seuls professionnels ?