Site de la fédération

#AfficheTonNutriScoreFace à la mauvaise volonté de grandes marques, une campagne nationale pour rendre le Nutri-Score obligatoire

Alors que la Commission européenne doit déterminer avant la fin de l’année le modèle d’étiquetage nutritionnel simplifié européen, l’UFC-Que Choisir via la grande campagne nationale « Affiche ton Nutri-Score » menée avec ses Associations Locales, dénonce sur le terrain les marques qui ne jouent toujours pas le jeu de la transparence. Soucieuse de permettre aux consommateurs de pouvoir comparer aisément et systématiquement les qualités nutritionnelles des produits alimentaires de même nature, l’association appelle plus que jamais la Commission européenne à résister aux faux-arguments du lobby agro-alimentaire contre le Nutri-Score et à le rendre obligatoire.

Coca-Cola, Ferrero, Lactalis, Mondelez… une déplorable opacité maintenue par 40 % des marques
Si la facilité d’utilisation du Nutri-Score fait de lui le modèle officiel dans déjà 7 pays d’Europe (1) et que les consommateurs le plébiscitent (2), de trop nombreux industriels refusent toujours, 5 ans après son lancement en France, de l’apposer sur leurs produits. En effet, le Nutri-Score est toujours aux abonnés absents sur 40 % du marché alimentaire français (3), notamment sur des produits leaders, tels que le Coca-Cola, les barres de Kinder « Chocolat » ou encore les biscuits Oreo « Original », qui persistent à empêcher les consommateurs de déterminer d’un coup d’œil la qualité nutritionnelle de leurs produits.

Si l’application mobile gratuite « QuelProduit », développée par l’UFC-Que Choisir, permet néanmoins aux consommateurs de disposer de l’information en scannant les produits, les pratiques de dissimulation de nombreux industriels mettent en évidence tout l’intérêt d’obliger légalement les professionnels à la transparence.

Favoriser la comparaison permet d’orienter vers des produits plus sains et de lutter contre les allégations marketing
Le Nutri-Score est un outil essentiel permettant aux consommateurs de comparer les produits de même nature afin de leur laisser la possibilité de s’orienter vers une consommation plus saine. À titre d’exemples, l’application « QuelProduit » révèle que le Nutella a un Nutri-Score « E », soit le plus mauvais score de cette échelle, et que les barres Granny aux pommes « riches en fruit » sont « D », alors qu’il existe aujourd’hui des pâtes à tartiner alternatives de Nutri-Score « D », « C » et même « B », ainsi que des barres céréalières de Nutri-Score « C », « B » et « A »(4).

En outre, afficher le Nutri-Score constitue un antidote efficace aux arguments marketing. Au rayon laitier frais par exemple, le Nutri-Score réfute en un clin d’œil les idées préconçues et révèle que certains desserts au chocolat tels que le yaourt à boire « Yop chocolat » de Yoplait (B) ne sont pas obligatoirement caloriques et qu’à l’inverse la présence de fruits ne garantit pas une bonne note nutritionnelle, comme pour la panna cotta mangue passion de Rians (D). Certains produits mettant en avant leurs avantages nutritionnels (protéines, calcium, faible teneur en matière grasse…), ont en réalité le même Nutri-Score que d’autres produits plus standards du rayon, comme Bridélight doux 15 % m.g. qui, du fait de ses teneurs en sel et en matières grasses saturées, est Nutri-Score « D » comme le beurre doux Elle et Vire 60 % m.g.

Une grande campagne pour rendre le Nutri-Score obligatoire
Alors que la Commission européenne va au cours des prochaines semaines décider du sort du Nutri-Score, l’UFC-Que Choisir mène une campagne de terrain grâce à ses associations locales pour dénoncer en magasin les marques n’affichant pas le Nutri-Score et pour mobiliser les consommateurs afin qu’ils fassent connaître à la Commission européenne, directement sur les réseaux sociaux, leur soutien à cet étiquetage nutritionnel.

Ainsi, soucieuse de faire du Nutri-Score le modèle d’étiquetage nutritionnel obligatoire partout en Europe, l’UFC-Que Choisir :

Presse la Commission européenne de rendre obligatoire le Nutri-Score ;
Invite les consommateurs à consulter sa page dédiée au Nutri-Score sur le site quechoisir.org et à interpeller directement, via celle-ci, la Commission européenne sur les réseaux sociaux ;
Rappelle qu’elle met à la disposition des consommateurs l’application mobile gratuite et collaborative QuelProduit (iOS et Android) afin de leur permettre de calculer le Nutri-Score des produits le cachant, et les orientant vers les produits les plus sains.
Notes
(1) France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne, Allemagne, Suisse.
(2) 94 % des Français déclarent être favorables à la présence du Nutri-Score sur les emballages, et 89 % souhaiteraient que son affichage devienne obligatoire – « Nutri-Score : évolution de sa notoriété, sa perception et son impact sur les comportements d’achat déclarés entre 2018 et 2020 » – Santé Publique France – Janvier 2021.
(3) « Serge Hercberg : le Nutri-Score contre les stratégies anti-scientifiques » – Contrepoints – 9 septembre 2022.
(4) Pâtes à tartiner de meilleurs Nutri-Score : « Chocolat/noisettes » de Bio JARDIN BIO ETIC (D), « Noisette cacao sans sucres ajoutés » de GERBLE (C), « Cacao & noisettes » de Bio FUNKY VEGGIE (B). Barres céréalières de meilleurs Nutri-Score : « Caramel chocolat » de LION (C), « Chocolat noisette » de GERLINEA (B), « Myrtille amandes » de GERLINEA (A).

 

cf : quechoisir.org

Articles relatifs

Coronavirus  Courses, domicile : comment vous comportez-vous durant le confinement ?

Nitrites et nitrates dans les charcuteries.Pas d’interdiction malgré un lien confirmé avec le cancer colorectal

UFC QC Nouvelle Calédonie

Avec le calculateur nutritionnel de l’UFC-Que ChoisirL’équilibre nutritionnel en un clin d’œil