Consommation-Alimentation

Modification de l’algorithme de Nutri-Score par le comité scientifique international

Le comité scientifique international du Nutri-Score, qui a été mandaté par le comité de pilotage européen des 7 pays ayant adopté Nutri-Score pour faire des recommandations sur la mise à jour de l’algorithme, a rendu son rapport détaillant les modifications recommandées de l’algorithme pour le cas général (incluant une règle spécifique pour la viande rouge), les matières grasses et fruits oléagineux (fruits secs à coque et graines oléagineuses).

Les améliorations concernent :

– Les produits de la pêche, et en particulier les poissons gras sans ajouts (sel ou huile), sont améliorés et se classent principalement dans les catégories A et B du Nutri-Score
– Les fromages à pâte pressée à faible teneur en sel (emmental par exemple) peuvent être classés désormais dans la catégorie C du Nutri-Score
– Les produits à forte teneur en sel ou en sucre sont classés plus sévèrement : ces produits passent désormais dans la catégorie E du Nutri-Score, avec une pénalisation désormais équivalente entre les produits très riches en acides gras saturés, sel ou sucre
– Pour les produits sucrés en général, l’allocation des points est désormais plus strict. Les céréales du petit déjeuner avec des teneurs relativement élevées en sucre n’atteignent plus les classes A du Nutri-Score, et sont en moyenne plutôt en C. De même, les produits laitiers sucrés ont tendance à passer à une classe supérieure du Nutri-score, plutôt désormais en C.
– Pour le pain, on observe une meilleure discrimination entre les produits complets (majoritairement en A) et les produits raffinés, entre B et C en fonction de leur teneur en sel.
– Pour les produits composites (plats composés prêts à consommer, pizzas etc.) : ces produits sont généralement dégradés d’une classe du Nutri-Score, passant en moyenne des classes A-B aux classes B-C voire D pour certaines catégories de produits comme les pizzas.
– Une amélioration pour les huiles végétales : en général, les huiles végétales sont améliorées d’une classe. Les huiles végétales avec de faibles teneurs en acides gras saturés (colza, noix, huile de tournesol oléique) passent même en B, tout comme l’huile d’olive. L’huile de tournesol passe en C
– Une meilleure discrimination pour les fruits oléagineux sans ajouts de sel ou de sucre, qui majoritairement passent en A ou en B, alors que les versions salées et/ou sucrées sont, elles, en moyenne, en C voire en D.
(référence le Blog Nutri-Score)

Vous trouverez plus d’information sur :

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/gouvernance-transnationale-du-nutri-score-les-7-pays-engages-adoptent-un
https://nutriscore.blog/2022/08/01/rapport-du-comite-scientifique-europeen-en-charge-de-la-mise-a-jour-du-nutri-score-modifications-apportees-a-lalgorithme-pour-les-aliments-solides/

Articles relatifs

Factures d’énergie : l’étiquette énergie est-elle vraiment fiable ?

Le point sur 10 Ingrédients Alimentaires.

UFC QC Nouvelle Calédonie

Le sans gluten : mode ou nécessité ?

UFC QC Nouvelle Calédonie