Thématiques

Ogm en 2012

Position d’UFC Que-Choisir sur les OGM en 2012.

En 2008, la Fédération UFC Que Choisir s’était positionnée sur les OGM. « Tout en étant favorable à des évolutions technologiques qui sont facteurs de progrès, l’UFC – Que Choisir est opposée au développement et à l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le cadre de l’alimentation, qui ne seraient pas conformes aux principes généraux définis ci-après :
1 – L’absence de dangers, et par conséquent de risques, sanitaires, environnementaux ou éthiques (…)
2 – Le maintien du choix pour le consommateur : le maintien d’une filière sans OGM doit être garanti (…)
3 – L’amélioration du service rendu : ces utilisations doivent permettre d’apporter aux utilisateurs (consommateurs, agriculteurs, transformateurs …) un service significativement supérieur à celui des cultures conventionnelles (…)
4 – La préservation des ressources génétiques : ces utilisations ne doivent pas avoir pour conséquence d’entraîner une appropriation du matériel génétique (confiscation du vivant) (…)
5 – La préservation d’un marché concurrentiel : le développement des OGM ne doit pas contribuer à un défaut de concurrence dans le secteur des semences, ni au développement de pratiques anticoncurrentielles. (…) »
En Nouvelle-Calédonie, entre 2010 et 2012, une commission OGM, mixte EPLP – UFC Que Choisir, mobilise les acteurs politiques et institutionnels autour de la problématique OGM en Nouvelle-Calédonie. Elle dresse un constat inquiétant : absence de toute réglementation et donc de traçabilité, que ce soit dans l’agriculture ou la transformation, absence systématique d’étiquetage des produits de consommation, qu’ils soient importés ou locaux,… Mi-2012, les associations demandent au Comité Consultatif de l’Environnement, dont elles sont membres, de s’autosaisir sur le sujet, ce que le président du Comité accepte.
Le 3 octobre dernier, le Comité Consultatif de l’Environnement émet, à l’unanimité, le vœu qu’une règlementation OGM soit mise en place en Nouvelle-Calédonie, suivant quatre grands principes :
– Interdire l’utilisation d’OGM en agriculture, aquaculture et en essais
– Imposer un étiquetage des denrées alimentaires
– Imposer aux filières d’alimentation animale l’utilisation de matières premières non-OGM
– Mettre en place un système de contrôle et de sanction.
Ces principes seront développés après que les différents acteurs du territoire auront été auditionnés par des groupes de travail du Comité.
Notons la création récente de l’association Stop OGM Pacifique, à l’initiative de plusieurs membres de la commission OGM mixte EPLP – UFC Que Choisir, et qui poursuit ses actions d’information et de mobilisation citoyenne pour une règlementation protectrice de l’environnement et de la santé.

Articles relatifs

Dépannage à domicile : attention aux publicités dans les boites aux lettres !

UFC QC Nouvelle Calédonie

Les soldes d’été ont lieu du 8 janvier au mercredi 29 janvier

UFC QC Nouvelle Calédonie

Vie Chère

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies, notamment à des fins de statistiques, dans le respect de votre vie privée. Ok En savoir +